Des hauts et des bas…

Toujours sur la fameuse ruta 40, nous arrivons sur une portion qui s’annonce très sympa sans trop de dénivelé. Entre San Martin de Los Andes et Villa la Angostura (110km environ) elle devient « La ruta de los siete lagos » et est, comme son nom l’indique, bordée par des lacs mais bien plus nombreux que sept…
En arrivant à San Martin de Los Andes, nous avons cru un instant que nous nous trouvions dans les Alpes avec ses sommets enneigés, de très beaux chalets, des magasins de location de ski et ses produits du terroir. On a même trouvé du saucisson (et du bon !). Bref tout y est…

Le moral au taquet. On se fait un petit plaisir en mangeant de la truite au restaurant : un régal ! Car les «asados » c’est bon mais le poisson nous manque un peu! Juliette s’est régalée avec du parmesan sur ses tagliatelles et Maxime n’aura fait qu’une bouchée de sa mousse au chocolat.

Nous éliminons nos « excès » en grimpant quelques kilomètres jusqu’à un mirador. La vue sur le lac Lacar est magnifique. Jusque-là, tout allait bien et puis…. Un moment d’inattention et hop, plus d’appareil photo !! C’est toi qui l’a ? Non, c’est toi ? et branlebas-de-combat ! Déclaration de perte à la gendarmerie. Retour sur les lieux du crime : on refait les cents pas sur la place centrale et pas d’appareil photo. Tous penauds, alors que ça aurait dû être un moment de joie (car chouette, le linge s’est lavé tout seul…), nous récupérons notre linge tout propre à la laverie et le monsieur très gentil nous explique que nous avons très peu de chance de le retrouver…. Le patron d’un hôtel, en nous voyant désespéré, nous propose son accès au WIFI et nous propose de dormir devant chez lui… Peut-être qu’un message à la radio FM locale est la solution, alors nous y sommes allés. Nous avons été très bien accueillis : « pas de soucis, on vous diffuse une annonce toute la semaine et on vous tient au courant ! ». « Mais ne vous faites pas trop d’illusions. Ici, la mentalité n’est pas de rapporter les objets… ».

Snif !!!! La présence de Pierre et Charline et la bonne humeur de nos enfants ont apaisé les choses. Un peu… Certes, un appareil photo n’est que matériel, mais difficile de croire que nous n’aurons plus notre boite à souvenirs avec nous… Où va-t-on en racheter un autre. Est-ce qu’on passe la frontière du Chili ? Est-ce que d’autres voyageurs peuvent nous en acheter un à Buenos Aires ? Et puis, l’improbable se produisit : on nous a ramené notre appareil photo à la gendarmerie ! Incredible !! Les gendarmes eux-mêmes n’y croyaient pas ! On n’en revient toujours pas et on a fêté ça au restaurant !!! Et cerise sur le gâteau : la femme de notre bienfaiteur bosse en tant qu’infirmière au bloc opératoire, le monde est petit. Qu’est-ce qu’ils sont bien ces gens qui bossent au bloc !

Le moral remonte à fond mais nous sommes rattrapés par… la neige ! Difficile de passer en 24H du short-T-shirt au bonnet-gants. Les paysages changent radicalement et nous sommes maintenant plus en Irlande que dans les Alpes.

La pluie et le brouillard sont au rendez-vous. Mais comme le moral est excellent depuis le retour de notre Lumix, nous profitons des moindres éclaircies pour faire de belles balades le long des lacs et voir quelques « chutes d’eau ».

 

Nous trouvons de superbes « spots » dans le langage des voyageurs où nous sommes seuls parmi plein d’oiseaux, de chevaux en liberté, de renard, de lapins, de grenouilles et de truites… Alors bien sur nous avons sorti la canne à pêche.

Les deux premières de 45cm ont retrouvé la liberté car nous étions hors saison de pêche dans ce rio. En revanche, la troisième de 60 cm, prise dans un lac où la pêche est tolérée à cette période, a fini dans notre assiette. Un délice ! Même notre copain à quatre pattes s’est régalé. Surnommé « Frite », le chien des lieux a partagé notre voyage pendant deux jours, allant courir et pêcher avec papa, s’amuser avec les enfants et attendrir maman.

La pluie, toujours la pluie. Notre compteur de jour de pluie s’affole : nous n’avions eu que 6 jours de mauvais temps depuis notre départ, nous en sommes à 12. Nous décidons donc d’écourter notre séjour dans cette magnifique région pour aller chercher le soleil sur la cote atlantique. Tout en gardant à l’esprit que nous pourrons revenir en remontant car nous ne sommes qu’a 30 kilomètres de la frontière chilienne. En route pour la péninsule de Valdès !


11 réflexions sur “Des hauts et des bas…

  1. On dira que vous avez tous les Saints du Ciel avec vous !!
    vous voilà donc entrant en Patagonie : j’espère que vous pourrez voir les baleines dans la Péninsule de Valdes et tous les animaux extraordinaires qui y vivent (et les saisir avec un Lumix retrouvé…)
    on admire toujours avec un immense bonheur une famille débordante de joie dans de sublimes paysages
    Allez ! bonne continuation et au plaisir de vous suivre
    gros gros bisous.
    Tatie

    J'aime

  2. Ho ! les veinards, cela permettra de continuer à engranger de nombreuses très belles photos pour un diapo future
    bonne poursuite de votre aventure avec du beau temps Bisous

    J'aime

  3. Je vous répond un peu tard toujours sympa de vous lire et de voir vos visages heureux .cette petite mésaventure a était encore une fois l occasion d une rencontre super le monde est beau et gentil 😉👍👌 que cela continue gros bisous à vous 4 . Vivement les photos des baleines j imagine les enfants devant ce spectacle 😄

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s