Du vent !

Après les superbes journées passées à Ushuaia, la météo nous annonçait un retour du froid et du vent. Et en Patagonie, le vent ne fait pas semblant : la végétation et les panneaux de signalisations nous le confirment.

Nous avons donc décidé de prendre la poudre d’escampette direction plein nord car le vent n’est pas le copain du camping-cariste… Ça tangue de tous les côtés, ça siffle par les lanterneaux et lorsque nous l’avons pleine face mieux vaut ne pas regarder sa jauge de carburant… Pour l’instant, nous avons été plutôt chanceux et nous n’avons eu que deux journées de grand vent.
Après une centaine de kilomètres , nous nous sommes arrêtés à Tolhuin, petite bourgade au bord d’un immense lac. Objectif : revoir des castors. Après une bonne petite balade durant l’après-midi, nous nous retournons bredouille. Sniff. Juste des visons et des renards, pas si mal!

 

Heureusement, pour réconforter les enfants, nous tombons par hasard sur un petit « parc d’attraction » qu’un habitant du village a réalisé à partir de matériaux recyclés ! Le top. Un peu (beaucoup)de tyrolienne, de toboggan, de cache-cache dans les châteaux en palettes… Les enfants s’en sont donnés à cœur joie. Et c’est également très agréable de constater que le sujet de l’écologie interpelle certaine personne malgré tous les déchets que nous trouvons dispersés en Amérique du sud.

Dès le lendemain, nous voilà au Chili ! Nous sommes allés voir une colonie de pingouins royaux : de bons gros pingouins de 1,20 mètres de haut. Surtout les bébés qui n’ont pas encore perdu leur duvet protecteur ! On aurait pu croire qu’ils étaient déjà déguisés pour Halloween ! Impressionnant et surtout rare, car c’est la seule colonie qui existe sur le continent sud-américain.

Puis, direction Porvenir, petite ville portuaire qui nous permettra de prendre le Ferry pour Punta Arenas! Presque deux heures de traversée à la tombée de la nuit pour profiter du coucher du soleil et de la pleine lune. Au grand désespoir des enfants, la traversée s’est effectuée sans un brin de vent : ils n’auront donc pas vu maman vomir !!! A noter que notre maison à roulettes était stationnée à côté du Samu local : on n’était pas dépaysé !

Nous voilà donc à Punta Arenas. Petit restaurant français bien agréable : et bien oui, nous partons à l’autre bout du monde pour connaitre les spécialités de chacun, mais retrouver ses repères, ça fait du bien aussi. Nous avons ensuite visité la ville : sa place centrale, son cimetière… Oui oui, vous avez bien lu : nous avons visité le cimetière. Bizarre mais ça faisait partie des sites à ne pas louper alors…

Nous avons ensuite fait réparer pour la seconde fois un impact sur le pare-brise avant de nous rendre chez les Bomberos de la Pompe France. Il s’agit d’une compagnie de sapeur-pompier « coloniale », crée en 1906 par des français, et qui a gardé depuis lors ses attaches françaises. Les ordres sont donnés en Français. Les camions arborent à la fois un drapeau français et chilien et ils sont même affiliés à la fédération française des sapeurs-pompiers. Bref nous avons été reçus comme chez nous et ce d’autant plus que papi Claude était venu avec son école de futurs pompiers quelques années auparavant. Nous l’avons même vu sur le panneau des photos de la caserne ! Nous avons pu dormir dans l’enceinte de la caserne. Un grand merci à tous ceux que l’on a vu et notamment Claudio qui nous a bien aidé pour nous trouver une carte téléphonique.

Allez, bon vent !


2 réflexions sur “Du vent !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s