En vol!

Nous arrivons enfin à Nazca. Nous avons perdu la verdure des montagnes et retrouvé l’aridité du désert ainsi que la chaleur que nous avons un peu de mal à supporter.
Et le stress monte : « Est-ce qu’on survole les lignes de Nazca ? » « On ne sait pas trop… ». Nous connaissons des familles de voyageurs qui l’ont fait récemment mais l’ambassade de France le déconseille car il y a eu plusieurs accidents mortels… Et puis les avions sont vraiment très petits. Alors, on réfléchit, on regarde les dernières critiques sur internet. Juliette a très envie de voir les lignes comme celles déjà vues dans les cités d’Or. Papa est à fond et dit que survoler les lignes de Nazca c’est certainement moins dangereux que de rouler sur le réseau routier péruvien. Maman a peur comme d’habitude et Maxime ne veut pas mourir avant de jouer avec son nouveau château playmobil promis pour son prochain anniversaire. Bref, la nuit porte conseil et finalement on fonce sans trop réfléchir au petit matin pour monter dans un 8 places…

Personne ne déjeune comme ça, nous n’aurons rien à vomir. Nous voilà prêts à décoller à 7 heures du matin. Le stress du décollage laisse rapidement place à la beauté des lieux. Incroyable. Durant les 30 minutes de vols, nous pourrons apprécier plus de 12 géoglyphes : La baleine, le triangle, le trapèze, l’astronaute, le chien, le singe, le colibri, le condor (le fameux tant attendu par nos enfants !), l’araignée, l’arbre, le lézard, les mains, le héron, le perroquet.

Le pilote était doux et le copilote adorable. Personne n’a été malade. On a pu apprécier ces étranges lignes creusées entre 2 et 20 centimètres de profondeur que ni le temps ni les conditions météorologiques n’altèrent. Nous retournerons dans l’après -midi sur le mirador pour voir des lignes de plus près pour compléter cette découverte. Juste GENIAL !!Aucun regret d’avoir pris la décision de voler (facile, on est ressorti vivant !!!).

Nous sommes ensuite allés visiter plusieurs petits sites aux alentours de Nazca.
Les aqueducs de Cantalloc : ce sont des aqueducs souterrains de formes circulaires qui fonctionnent encore et qui irriguent les champs alentours.

Les ruines de Paredones : ruines mal conservées que les Incas ont utilisées comme centre de contrôle administratif entre les montagnes et la côte.

Après nos excursions historiques, place à la visite de la Bodega Ocucaje pour goûter les vins locaux. Les enfants ont apprécié et ont eu l’autorisation de tremper les lèvres lors de la dégustation. Juste assez pour déplaire à Maxime mais pas à Juliette qui nous a rapidement donné son avis lors de nos achats. « Papi Yves, soit tranquille, la relève est assurée !!! »

Et il fait chaud ! Très très chaud !! Alors, on cherche de l’eau ! D’abord déçu par l’oasis Huacachina qui n’est autre (avis personnel) qu’un endroit hyper touristique où il est possible de faire du buggy sur des dunes, nous prenons la direction de Paracas.

Adjugé ! Journée off pour tout le monde à Paracas où nous trouvons un bivouac au bord de l’océan. Ça fait du bien. Baignade, activité peinture, bricolage, observation des kidesurfs… Pas de questionnement sur où nous allons dormir la nuit prochaine, et ça aussi, des fois, ça fait du bien !!!


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s