Des ours!

Après toutes ces cités préhispaniques, nous avons soif de nature alors nous repartons chercher la fraicheur dans les montagnes et les espaces verts.
C’est parti pour la réserve de Chaparri située à environ 70 kilomètres de Chiclayo. C’est la première réserve naturelle privée du Pérou qui a pour but la conservation et la réhabilitation des espèces en voie de disparition comme les ours à lunettes, les guanacos, le condor andin et les Pénélopes à ailes blanches (oiseau). Nous emmenons notre guide Pedro avec nous dans le camping-car et après une piste laborieuse d’une heure, nous arrivons enfin au milieu de la selva.

Notre parcours durera plus de 3 heures. Nous en avons pris plein les yeux. Côté flore, c’est dense et varié : des arbres fruitiers (citronniers, arbres à pacay, aux fruits de la passion…), des cactus ananas avec leurs petits fruits en formes de minuscules piments roses, des arbres dont la sève a le gout de miel, des arbres riches en calcium dont les branches fusionnent quand elles se rencontrent…

Côté faune, nous avons pu observer : des terriers de termites, un écureuil de Guayaquil, des zorritos (renards), un pecari (sorte de sanglier), plusieurs variétés d’oiseaux mais malheureusement pas de Penelope à ailes blanches (l’espèce avait été déclarée éteinte pendant plus de 100 ans avant que l’on retrouve trois couples dans la réserve en 1990) au grand désespoir de Juliette qui voulait absolument en voir (mais on a une plume !), des crabes, des guanacos et les fameux ours à lunettes. Pas de puma avec une pointe de déception pour Papa.

C’est l’un des seuls endroits où on peut observer l’ours à lunettes dans son habitat naturel. C’est le seul ours présent en Amérique du sud. Il vit entre 150 et 3500m d’altitude sur un territoire compris entre le Pérou, l’Equateur et la Colombie. Nous avons pu voir une maman et son bébé qui sont en cours de réhabilitation, au grand bonheur des petits et grands. Ils sont très agiles en hauteur. Trop mignons.

Nous avons pu également parfaire nos connaissances sur les serpents endémiques de la région en les observant à travers une vitre (ouf) … Maman n’était pas forcement très rassurée en marchant à travers les hautes herbes au milieu des insectes… Il en existe deux vénéneux avec les mêmes caractéristiques que notre vipère : visage triangulaire, crochets et écailles ovales. Seulement, l’injection de venin est létale en moins de deux heures…. Heureusement, nous n’avons pas croisé ce genre de bestiole, ni de tarentule, ni d’araignée scorpion en dehors de l’endroit où chaque spécimen est en captivité pour nous les montrer.

Bref, nous nous sommes régalés grâce à notre guide qui était passionnant et passionné.
Nous nous sommes ensuite dirigés à l’intérieur des terres, direction Chachapoyas. Nous avons pu accéder au mirador de Huancas avec un très beau panorama. Malheureusement, les intempéries ne nous ont pas permis d’accéder aux sites touristiques alentours, le « peuple des nuages » ayant bâti ses cités très haut dans la montagne… Nous avons effectivement vu plein d’éboulis sur la route principale et nous avons préféré jouer la sécurité après avoir demandé conseils aux policiers. Malgré tout, les colibris du bord de route sont là pour nous distraire.

Et puis nous avons vu les chutes de Gocta qui sont classées parmi les plus hautes du monde en plongeant de 771 mètres. Cette randonnée de 11km a fait du bien à toute la famille. Nous avons traversé une rivière, marché sur un pont suspendu. Pour notre première sortie en solo au cœur de la selva, nous avons été conquis. Du vert, des fleurs, des oiseaux (dont le « Gallitos de las rocas » que Juliette a repéré, cet oiseau à tête rouge avec une houppette) et de l’eau…. La vue aux pieds des chutes était impressionnante et quelque peu humide… Et pour cause : entre le souffle intense de la chute (bon d’accord nous étions peut-être un peu trop près…) et la pluie tropicale qui nous est tombée dessus quelques minutes après notre arrivée, les imperméables et « pantalons de chantier » n’étaient pas de trop. Curieuse sensation d’être humide à l’extérieur par les pluies diluviennes et humide à l’intérieur par la sueur… Hummm… Que du bonheur ! Faut voir le bon côté des choses : on n’a plus de poussière !!!

Au milieu de tout ça, on continue notre quotidien. Bivouac en bord de rivière avec feux de bois pour cuire les saucisses, les truites. Pause mécanique pour ôter un méchant gros caillou coincé entre les roues jumelées. Pêche efficace dans une lagune pour les enfants : Maxime prend les poissons et les vers de terre : même pas peur. Quant à Juliette, à chaque prise il a fallu vite détacher le poisson pour ne pas qu’il meurt… C’est papi Yves qui va bien s’amuser en rentrant !!


2 réflexions sur “Des ours!

  1. Coucou la famille toujours aussi sympathique de vous lire et voir vos superbes photos la chance 😉😆je pense que pour les parents de voir nos enfants heureux et autonome c le plus beau des cadeaux vous respirer le bonheur c trop beau👍 les enfants sont heureux de voir ce que notre planète a comme trésors bonne continuation profité bien soyez prudent bises cece😚

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s