Amazonie et la chocolaterie.

Huumm… Enfin ! On a cherché, on a patienté mais on a fini par trouver un endroit où on peut apprendre à faire ce mets si délicieux qu’on aime tant : le chocolat !!!
Nous voici au centre communautaire Sinchi Warmi à Misahualli, au sud est de Tena. Et c’est parti pour plus de deux heures d’apprentissage. Fabio, notre guide, nous emmène au cœur des plantations de cacaotiers cultivées par sa famille. Tout commence par une minuscule fleur qui ne peut être fécondée que par un minuscule moustique. Les cabosses ne poussent que sur les troncs des cacaotiers et ils fournissent trois récoltes par an. Il existe en Equateur deux types de cacaotiers : un donnant des cabosses rouges et l’autre jaune. Nous en cueillons des deux types et goûtons à l’espèce de chamallow blanc qui protège les graines. L’un est doux et l’autre acide mais et elles donneront toutes deux la même saveur à terme.

Après toutes ses explications, nous sommes revenus au centre pour nous mettre à l’ouvrage.
Donc pour faire un bon chocolat maison il faut :
1 Sortir les graines après avoir préalablement ouvert la cabosse d’un coup de machette. Attention aux doigts !

2 Exposer les fèves à la chaleur pendant une semaine environ, dans des séchoirs ou sur le bitume de la route.

3 Torréfier lentement les fèves pendant 15 minutes environ.

4 Débarrasser les fèves de la fine pellicule extérieure.

5 Broyer finement à l’aide d’un moulin. Hummm ça sent trop bon le cacao 100% mais ce n’est pas très bon ! Beurk, c’est amer !

6 Ajouter à notre poudre de cacao un peu de poudre de lait, du lait chaud, de la cannelle, de la vanille et du sucre. Petit test : encore trop amer. Alors, on rajoute du sucre jusqu’à ce que les enfants se lèchent les babines. Puis à nous la dégustation : chocolat « maison » plus ananas et quelques rondelles de bananes. Un DELICE !!!

On a tout mangé, étonnant non ?
En fait, c’était pour faire passer la couleuvre à maman car demain nous partons avec Fabio à la découverte de la forêt amazonienne. Si si, maman, ça va aller ! Manches longues et répulsif double doses de rigueur. C’est trop cool, on va prendre une pirogue !!! Et on n’oublie pas les bottes car c’est plus sécuritaire si on croise des serpents ! Ça va bien se passer…

 

Nous voilà donc partis à la découverte de la selva en commençant par le passage d’un pont ou plutôt d’un soi-disant pont avec trois rondins et un garde corps…Bon ça passe mais le second quelques kilomètres plus loin est un peu plus raide : deux rondins et deux fils de fer…Le troisième, on vous laisse deviner : un seul rondin. Christel n’en mène pas large mais assure. Les enfants sont comme des dingues. C’est l’aventure.

En plus, Fabio, il est trop trop fort dixit les enfants.
Durant notre randonnée de 5 heures au cœur de la forêt, nous apprenons en autre que :
– La fourmi taureau de deux à trois centimètres (oui, oui, centimètres) n’est pas mortelle mais elle cause une douleur qui dure plus de 24h avec de la fièvre.
– Les minuscules fourmis « limons » vivent en symbiose avec un petit arbre : en échange de l’acide formique produit par les fourmis qui va empêcher les autres plantes de pousser autour, l’arbre leur apporte le gîte. Marc et Maxime ont mangé une fourmi : elles ont le gout de citron… Ils sont fous ces garçons.

– Ici les lombrics font en général 50 à 60 cm de long et ne sortent qu’au son de la pluie. Entre temps, ils creusent des tunnels et créent des monticules d’argile qui peuvent atteindre une vingtaine de centimètres. Les enfants se sont amusés à sonder avec un bâton les galeries sans en toucher le fond.

– Les araignées, de toutes couleurs, ne sont pas mortelles sauf une tarentule noire qui en plus est agressive. Elle ne sort que la nuit et nous ne verrons que son nid. Ouf !

– Les chasseurs confectionnent des sacs à base de feuilles une fois leur proie attrapée. Fabio confectionnera deux sacs solides à base de feuillage en deux temps trois mouvements aux enfants. Impressionnant.

– Les anciens communiquaient dans la forêt en tapant sur un tronc d’arbre résonant énormément et permettant ainsi d’envoyer des signaux jusqu’à 500 mètres.

– La paille qui sert à faire les fameux « panamas » est très solide et est utilisée pour créer plein d’autres objets artisanaux : des bandeaux pour les enfants, une sauterelle ! Il est vraiment trop fort Fabio.

– En écrasant la graine d’un petit fruit, nous avons fait de la peinture rouge utilisée par les peuplades amazoniennes pour dessiner sur leur peau. Juliette a tout de suite essayé !
– L’ivoire végétal est très solide et permet de faire des bijoux dont des bagues.

– Et pour nous rappeler un peu le boulot, Fabio nous a montré et décrit le processus pour faire du… curare. Au départ c’est une liane dont on récolte la sève, puis après plusieurs épisodes de cuisson, il ne reste plus qu’à enduire les pointes de flèche et partir chasser ! Pour les puristes : délai d’action 10min, durée 6h ;.)

Nous avons pu aussi tester sur nous une colle biologique antiseptique à base de plante très efficace.

Bref, Fabio est un puit de connaissances et de savoir-faire qui nous a impressionné et ravi. Le tout dans une immensité verte, pleine de fleurs de toutes les couleurs et de quelques champignons. Sache Papi que dans la selva, si les champignons sont ouverts vers le haut, ils sont comestibles.

Après un pique-nique à même le sol au milieu des bestioles que maman n’ose pas trop regarder, nous traversons le village d’une communauté indigène pour monter à bord d’une pirogue et ainsi clôturer notre excursion. Que des rames, pas de bruit de moteur : uniquement les sons innombrables de la forêt et de l’eau (et quelques « en avant moussaillon ! A bâbord ! A tribord ! » de Maxime).

Au total, on gardera un souvenir mémorable de cette journée si spéciale de part l’immensité de cette forêt amazonienne que nous avons à peine effleurée. C’était émouvant, impressionnant et riche en échanges.


Une réflexion sur “Amazonie et la chocolaterie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s