What else?

Nous reprenons la route vers le nord. Cette fois, nous nous sommes préparés car nous savons que nous allons emprunter une route en travaux. Alors, nous mangeons en route, nous buvons le café en route et on prend notre mal en patience. Mais « Que calor ! ». Une pause s’impose pour se rafraichir avant de reprendre notre chemin en direction de Jardin.

Jardin est un petit village de montagne situé à une centaine de kilomètres au sud ouest de Medellin.

 

Autoproclamée plus belle ville de la région d’Antioquia, Jardin nous a séduit par ses couleurs, son ambiance chaleureuse et son immense église néogothique. Cette dernière est gigantesque et magnifique. Elle donne sur une place centrale toute aussi charmante qui grouille de café-terrasses.

Nous prenons le temps de fouiner un peu partout et notamment à l’intérieur de certains hôtels qui sont superbes.

Les moyens de transport sont divers. Outre les motos qui sont nombreuses en Colombie, nous retrouvons les tuk-tuk, les bus multicolores et la fameuse jeep que nous prenons pour aller découvrir tout le processus du café.

Ici pour faire du bon café, pas besoin de Georges C. ni de Grand-mère (même si elle n’a que cela à faire), il faut connaitre Don Diego et sa famille. Ils nous accueillent dans leur finca « Los najanros » offrant une vue superbe sur la ville de Jardin en contrebas. Après les présentations, nous commençons par découvrir les différentes plantations de la ferme : ananas, manioc, tomates, haricots géants, tomates, bananes, orchidées, fleurs qu’ils font pousser entre les rangs de café. Cela permet d’optimiser l’espace et d’augmenter les revenus de la famille.

Puis, c’est parti pour la découverte du café. Ici, en altitude, on ne trouve que de l’arabica. Sur sa parcelle d’une quarantaine d’hectares, Don Diego fait pousser cinq variétés différentes. Il change les pieds de café tous les huit ans en moyenne. Du coup, il commence par nous montrer sa pépinière. Des milliers de petits plans sont en attente d’être plantés. Maxime et Juliette sont invités à en mettre quelques-uns en pots. Encore une bonne excuse pour avoir les mains dans la terre !!!

Nous partons ensuite faire la cueillette des cerises de café. Il faut les cueillir bien rouges ou bien jaunes. Armés de nos paniers en osier, nous nous appliquons et passons de bons moments de rigolades avec nos hôtes.

De retour dans la finca, nous commençons le processus de transformation. Tout d’abord, il faut ôter la première enveloppe en passant les grains dans la machine. L’enveloppe est jetée pour faire du compost et les grains ainsi que la pulpe vont être laissés à fermenter pendant quelques heures. Juste le temps qu’il faut pour que la pulpe soit digérée mais pas trop longtemps sinon le café aura mauvais gout. Puis, un petit lavage permettra de débarrasser le grain d’une grande partie de son acidité.

Ensuite vient l’étape du séchage : deux à quatre semaines directement sur le toit escamotable de la finca. Le plus dur sera de faire le tri des grains à la main. Une fois sec, le grain sera torréfié et moulu.

Maintenant place à la dégustation ! Les enfants boivent pour la première fois du café. Juliette apprécie tandis que Maxime tord le nez. Don Diego est surpris que nos enfants n’aient jamais bu de café auparavant car en Colombie, les enfants boivent du café même très jeunes et ce, deux fois par jour ! Ce serait recommandé par les docteurs ! Nous continuerons la dégustation avec des spécialités locales confectionnées par la dame de maison : galettes de bananes plantains frites, sauce à base de tomates, oignons, piments doux ! Miam ! Moments forts sympathiques, riches en échanges comme toujours et toujours trop courts car il faut déjà penser à rentrer.

Pour clôturer cette journée, nous prenons le téléphérique local pour retraverser le rio… Une sorte de roulotte suspendue à deux câbles : les enfants sont ravis !!

Nous terminons notre séjour sur Jardin, en faisant quelques randonnées aux alentours, toujours au milieu d’une végétation luxuriante qu’on ne se lasse pas d’observer. Nous avons vu le fameux « Gallito de roca » que nous avions entrevu furtivement au Pérou. Cette fois, il se trouvait seulement à quelques mètres de nous. Une pure beauté ! Sans oublier les autres oiseaux…

On souhaite une bonne fête à toutes les mamans et aux nôtres en particulier.


Une réflexion sur “What else?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s