Grise mine

Nous quittons Medellin pour un peu plus d’espaces verts, direction le petit village de Guatapé, situé au bord d’un grand lac artificiel. Nous en profitons pour parfaire notre bestiaire de panneau de signalisation.

Guatapé est connu pour les décorations de ses maisons traditionnelles : des fresques en bas-reliefs de couleurs vives situées sur le bas des façades, représentant des animaux, des personnages, le métier du propriétaire… C’est chaleureux, beaucoup plus que la pluie qui nous accompagne les soirs…

Néanmoins, nous avons la chance de pouvoir gravir « la piedra del Peñol » sous le soleil, ce qui n’est déjà pas si mal. Ce monolithe de granit haut de 200 mètres nous permet de profiter d’une vue agréable sur le lac. Nous avons gravi plus de 700 marches pour arriver au sommet du mirador mais ça en valait la peine !

Nous en profitons également pour échanger avec d’autres voyageurs français avant de reprendre la route. Encore de belles rencontres.
Puis direction le nord de Bogota pour découvrir les mines de sel de Nemocon. Moins connues et moins touristiques que celles de Zipaquira, la découverte de cette ancienne mine de sel est toutefois magnifique. Et le top, c’est qu’en semaine, nous avons une guide rien que pour nous !! Nous commençons la visite par un petit musée dans lequel sont regroupés les différents fossiles retrouvés in situ. Les enfants sont aux anges.

Nous apprenons également comment était extrait le sel. Puis, nous voilà partis sous plus de 60 mètres de profondeur. Nous découvrons des immenses tunnels. Nous devinons la marque des rails qui permettaient autrefois le transport de sel sur des chariots. On révise ce que veut dire stalactites et stalagmites. Le sel forme des cristaux de cube très bien visibles. Et puis on goûte, pour être sûr que ce sont bien des traces de sel que nous observons. C’est moins bon que le chocolat, certes, mais tout aussi instructif ! Nous continuons d’explorer les sous-sols : une petite chapelle, un cœur de sel de plus de 1600kg, le site où ont été tournées des scènes du film « Les 33 » relatant l’histoire vraie des 33 mineurs pris au piège de la mine de San José au Chili.(et avec Juliette Binoche!) Encore une chouette expérience.

Mais il se fait tard, alors nous décidons de dormir sur le parking du site. Il faut juste qu’on se déplace un peu pour être un peu plus droit. Lorsqu’on vit dans un camping-car, être bien à plat, c’est bien plus pratique pour faire à manger, se laver, dormir… Oui mais voilà… Le camion ne démarre plus… Aïe… Marc sort sous une pluie battante pour comprendre. On demande l’avis téléphonique de Pierre puis celui de Yannick (Merci encore les gars !) La batterie est ok, les fusibles sont bons, les relais aussi… Marc pense à un problème de pompe à gasoil. Le garde du site de la mine vient à notre rencontre et appelle spontanément le mécano du village qui se déplace sous la pluie malgré l’heure tardive. Il ne fera rien de mieux mais il nous dit qu’il reviendra avec un dieseliste le lendemain matin. La nuit est peu reposante car nous sommes quelques peu stressés et nous avons la tête en bas ! On penche vraiment beaucoup… Les mécanos sur place ne feront pas mieux le lendemain matin mais tous les gars à proximité se mettent en quatre pour nous aider.

La générosité des colombiens et leur côté bienveillant font chaud au cœur. Le chef du site appelle une dépanneuse, un des mécanos appelle Iveco à Bogota. Il négocie pour nous le fait de dormir au sein du garage. Un stress en moins. Après une matinée d’attente, la dépanneuse arrive enfin. Dur dur de voir notre maison à roulettes sur un plateau. Maman craint pour son toit en passant sous les ponts… Les colombiens voient peu de camping car sur les routes alors sur un plateau, on ne passe pas inaperçu. Il nous faudra presque 4 heures pour faire 60km. La circulation dans Bogota est infernale et dense mais ça y est, nous sommes chez Iveco et en entier. Chapeau au conducteur de la dépanneuse qui a conduit comme un chef !

Une nuit sur place et deux petites heures de mécanique ont confirmé le problème de pompe à gasoil. Une toute petite soudure a lâché, vite refaite. Et c’est reparti plein nord!


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s