Noël à Pâques

 

C’est le 23 décembre et nous avons la chance de séjourner dans un endroit paradisiaque en attendant le Père-Noël. Christophe et Suzanna, qui tiennent le restaurant « Le bisou », nous accueillent chaleureusement et nous installent sur une propriété immense au milieu des orangers, des pamplemoussiers, des abricotiers et figuiers et surtout avec trois piscines : une sérénité totale.

 

Nous faisons trempette en attendant Charline, Pierre et la maman de Pierre venue pour les fêtes. Pour nous, la maman de Pierre sera notre maman Noël puisqu’elle nous apportent nos pièces mécaniques introuvables au Chili. (Encore un grand merci à tous ceux qui nous ont aidé).
C’est agréable bien que surréaliste de réveillonner ensemble en short en bord de piscine et sans nos proches. Foie gras (clandestin) et saumon fumé sont au menu, accompagnés de champagne pour nous rappeler que c’est vraiment Noël.P1100483

 

Et ouf, le Père-Noël nous a trouvé. Maxime et Juliette se réveillent et découvrent quelques jeux de société avec le fameux « Blocus » tant espéré, quelques livres et la lettre du Père-Noël : départ demain pour l’île de Pâques : Yououou !!! Un Noel comme en France, juste les papillotes qui sont bizarres cette année : «Tu crois que le Père-Noël a acheté les papillotes au carrefour d’ici ? » dit Maxime. « Peut-être… »P1100491
Nous savourons notre journée du 25 entre piscine et bavardages. Barbecue arrosé au menu avec quelques bouteilles de rouges chiliens et argentins puis fraises et crème fouettée en dessert. Tant pis pour la buche !

Puis départ pour l’aéroport, à 60km de là pour un dodo sur le parking « economico ». Parking étonnamment calme qui accueillera notre maison à roulettes durant notre séjour sur l’île. La nuit sera courte car le décollage est prévu à 6h30 et nous devons nous présenter 3 heures avant mais c’est pour la bonne cause.

Après 5 heures de vol avec des dessins animés en espagnol pour les enfants, on y est ! Yououou !!! Maxime est à l’affut du premier Moai pendant que Juliette s’inquiète de savoir où nous allons dormir pour les jours à venir. Nous sommes accueillis sur l’île avec un collier de fleurs. Trop top.

Nous découvrons notre logement, une petite maison trois pièces, version locale et assez rustique mais ça fera l’affaire. On est sur l’île de Pâques !!!!!!! Alors, après une plâtrée de pâtes, nous voilà partis à pied, direction l’office du tourisme situé sur le port devant lequel se trouve un Moai. On sort l’appareil photo et en plus du Moai …. qu’est-ce qu’on voit dans l’eau ? Une, puis deux tortues. Juliette est ravie et fait les yeux doux à son père. Et dix minutes plus tard, ils sont dans l’eau avec les tortues !!! Ce n’était pas vraiment prévu : belle surprise malgré la fatigue qui commence à se faire sentir. Aucun membre de la famille ne mettra du temps pour s’endormir le soir venu.

Le lendemain, à bord de notre nouveau carrosse, nous voilà partis à la découverte de l’île. Bizarre de nous déplacer dans un autre véhicule que notre camping-car.
Nous commencerons notre visite par les Moais Nau Nau, sur la plage d’Anakena. Nous sommes trop contents. Ces Moais, on les observe, on les scrute, on tourne autour : c’est trop chouette !

Les Moais Nau Nau se situent sur une plage de sable blanc au milieu des cocotiers. D’ailleurs, les enfants sont intrigués par les noix de coco et le guardia parque s’empresse de nous montrer comment en ouvrir une à l’aide d’une pierre. Il faut de la force pour la peler et la casser. Les enfants regardent avec attention et savourent le lait puis le fruit.

Nous avons ensuite parcouru l’île pendant 4 jours. Chaque jour, nous avons pique-niqué devant un ahu (alignement) de Moai différent : à Anakena, à Tongariki, à Akivi et à Tahai : moments inoubliables.

Nous avons découvert également avec plaisir le site Akahanga avec ses maisons reconstituées,

la plage accidentée de Ovahe,

les petroglyphes à Papa Vaka e à Orongo, le cratère du volcan Rano Kau qui ressemble à un énorme chaudron magique.

Nous avons apprécié les multiples sites non restaurés avec des Moais à terre, notamment à Te Pito Kura où on trouve le Moai le plus grand de l’île. Il mesure 10 mètres.
Autre moment fort : le Rano Raraku, la carrière où les Moais prenaient naissance : gigantesque. On a eu du mal à en partir.

Et puis, impossible de se rendre dans un lieu sans randonner alors nous avons grimpé sur les pentes du volcan Maunga Terevaka , le point culminant de l’île, qui nous a permis d’avoir une vision à 360° sur l’océan pacifique.

En dehors des Moais, l’île est magnifique, fleurie, vallonnée et posséde une plage que nous avons bien sur testée… L’eau est trop chaude ici!

 

Nous avons arpenté les rues de son unique ville, Hanga Roa avec son église, ses marchés artisanaux, sa rue principale, son port et même son hôpital. Comme vous pourrez le constater sur les photos, contrairement à la plupart des hôpitaux français, ici, il n’y a pas de problème pour stationner. Le parking est désertique le week-end et les médecins ne travaillent pas la nuit sauf en cas d’urgences vitales, ça fait réfléchir…

 

Toutes ces images de Moais nous feront sans doute oublier rapidement certains aspects moins sympathiques : prix à la tête du client (du touriste…) et souvent trois fois plus chers que sur le continent ou le côté « tranquilo » de certains, rendant l’attente souvent longue…

En un seul mot : INOUBLIABLE


2 réflexions sur “Noël à Pâques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s